Utilisation de l’électrocardiographe pour le diagnostic de la myocardite aiguë

novembre 18, 2022by Kalstein
YR05158-IMG-1-1-300x300-1.jpg

L’inflammation du muscle cardiaque (myocardite) est une maladie grave. Leurs symptômes sont souvent difficilement reconnaissables, ce qui rend difficile un diagnostic rapide. Dans les cas sévères, la myocardite peut provoquer une insuffisance cardiaque ou des troubles graves du rythme cardiaque. Elle se développe souvent après des infections de type grippal. Les autres causes possibles sont les suivantes :

  • Infections virales telles que l’herpès, la rougeole ou le virus Coxsackie.
  • Infections bactériennes, par exemple agents pathogènes de l’amygdalite, de la scarlatine, de la diphtérie ou de l’empoisonnement du sang.
  • Infections parasitaires.
  • Médicaments.
  • Effets secondaires de la radiothérapie.

En raison de la clinique atypique, le diagnostic de myocardite n’est souvent fait qu’après avoir écarté d’autres diagnostics différentiels potentiellement mortels. Parmi les procédures diagnostiques cruciales figurent l’électrocardiogramme (examen le plus répandu de tous), les biomarqueurs cardiaques tels que la troponine T, et l’échocardiographie et l’IRM cardiaque.

Le standard d’or est la biopsie du myocarde, mais étant une procédure invasive n’est pas effectuée régulièrement. L’analyse immunohistochimique de la biopsie myocardique doit être effectuée dans un centre de cardiologie permettant un examen invasif dans le laboratoire de cathétérisme cardiaque.

Quels sont les symptômes de la myocardite ?

Les virus ou les bactéries provoquent généralement une inflammation du muscle cardiaque (myocardite infectieuse). Par conséquent, les symptômes de cette infection précèdent généralement la myocardite. Il s’agit notamment du rhume et de la toux, de la fièvre, des maux de tête et des douleurs aux extrémités.

Si ces symptômes pseudo-grippaux s’accompagnent d’une fatigue accrue et d’un épuisement, d’une faiblesse, d’une diminution de la capacité de récupération ou d’une difficulté à respirer (dyspnée) au cours d’un effort, ils sont les signes d’une myocardite infectieuse. Cependant, il n’y a pas de symptômes principaux clairs ou définis. En fait, ces désagréments sont souvent les seuls signes avant-coureurs d’une myocardite aiguë. Parfois, des symptômes tels que la perte d’appétit et de poids ainsi que des douleurs irradiées dans le cou ou les épaules sont ajoutés.

Comment diagnostiquer la myocardite ?

Les processus inflammatoires viraux peuvent être bien détectés par le laboratoire, l’électrocardiogramme (ECG) et l’ECG à long terme, l’échocardiographie, la tomographie (CT), l’IRM (imagerie par résonance magnétique) ou le diagnostic par cathéter. De cette façon, on peut diagnostiquer qualitativement et quantitativement l’insuffisance cardiaque systolique ou diastolique, les arythmies hémodynamiques ou les dommages à l’appareil valvulaire, et distinguer les cardiomyopathies dilatées, restrictives ou hypertrophiques.

L’IRM cardiaque doit être réalisée chez les patients symptomatiques présentant des signes cliniques de myocardite. Chez les patients ayant une suspicion clinique de myocardite, des modifications aiguës de l’ECG de type « infarctus », une troponine T/I positive, une élévation du NT-pro-BNP et des signes d’oedème ou de rehaussement précoce positif sont des indicateurs non spécifiques de lésions myocardiques associées aux virus ou cellules inflammatoires.

Cependant, les processus toxiques, infiltratifs ou infectieux-inflammatoires responsables au niveau cellulaire ne sont pas détectés ou sont insuffisamment détectés par des diagnostics cliniques non invasifs, y compris l’IRM. En outre, dans les études par ECG, on peut détecter certains changements qui dénotent la présence d’une maladie cardiaque et qui nécessitent des analyses plus détaillées. Dans ce sens, les changements suivants peuvent se produire dans l’ECG :

  • Complexe QRS étendu.
  • Verrouillage de la branche gauche.
  • Modifications des ondes ST, de segment et T.
  • Arythmies bradycardiques ou tachycardiques.
  • Signes d’infarctus.
  • Basse tension et changements d’onde P.
  • Signes de péricardite concomitante.

Étant donné que cet examen est basé sur la mesure de l’activité électrique du muscle cardiaque (électrocardiographie, ECG), il permet de détecter ces changements dans l’activité du cœur, car ils sont provoqués par l’inflammation du muscle cardiaque. Les symptômes typiques sont l’accélération des battements cardiaques (palpitations) et des battements cardiaques supplémentaires (extrasystoles). Des arythmies cardiaques sont également possibles. Comme les déviations ne surviennent généralement que temporairement, il est conseillé de mesurer l’activité cardiaque sur le long terme (ECG longue durée) en plus de l’ECG de courte durée habituel au repos.

Pourquoi utiliser l’électrocardiographe de Kalstein pour diagnostiquer la myocardite ?

L’électrocardiographe de Kalstein est conçu et construit selon les normes de qualité les plus élevées, qui garantissent les mesures qui sous-tendent le diagnostic effectué. En ce sens, les électrocardiographes produits par ce fabricant se caractérisent par la dérivation simultanée de douze signaux, correction automatique de la dérive de la ligne de base, ainsi que par un faible niveau de bruit. Les prix, achats et cotations de ces équipements sont disponibles ICI

Kalstein

PARIS

Localisation.

2 Rue Jean Lantier, 75001, Paris – France.
(+33) 1 78 95 87 89(+33) 7 60 83 92 83

sales@kalstein.eu

NOUS SITUER

Nous sommes toujours proches.



AVANTAGES

Modes de paiement et d’expédition.



Suivez notre activité sur les réseaux sociaux.

Restez informé de toutes les actualités du secteur.


Ouvrir le chat
Vous avez besoin d'aide?
Scan the code
Bonjour!
Comment pouvons-nous vous aider?